Passion livres

Pour les amoureux de la lecture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Visages écrasés de Marin Ledun (Seuil)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fredo
Langue pendue


Nombre de messages : 167
Date d'inscription : 12/03/2010

MessageSujet: Les Visages écrasés de Marin Ledun (Seuil)   Mer 13 Avr 2011 - 18:38



Citation :
Un volet claque. Mes affaires, déposées en vrac dans le hall d’entrée.
A l’exception du Beretta.
Fascinée, je contemple une nouvelle fois le semi-automatique. L’idée me traverse l’esprit de le retourner contre moi mais, encore une fois, Vincent n’est pas le problème.
Il le sait, je le sais.
Le problème, ce sont ces fichues règles de travail qui changent toutes les semaines. Ces projets montés en quelques jours, annoncés priorité-numéro-un, et abandonnés trois semaines plus tard sans que personne ne sache vraiment pourquoi, sur un simple coup de fil de la direction. La valse silencieuse des responsables d’équipes, toujours plus jeunes et plus inflexibles, mutés dans une autre agence ou partis par la petite porte. Cette tension permanente suscitée par l’affichage des résultats de chaque salarié, les coups d’œil en biais, les suspicions, le doute permanent qui ronge les rapports entre collègues, les heures supplémentaires effectuées pour ne pas déstabiliser l’équipe, le planning qui s’inverse au gré des mobilités, des résultats financiers et des ordres hebdomadaires. Les tâches soudaines à effectuer dans l’heure, chaque jour plus nombreuses et plus complexes. Plus éloignées de ses propres compétences. Les consignes qui évoluent sans arrêt. Les anglicismes et les termes consensuels supposés stimuler l’équipe et masquant des réalités si sourdes et aveugles que le moindre bonjour est à l’origine d’un sentiment de paranoïa aigue. L’infantilisation, les sucettes comme récompense, les avertissements comme punition. La paie, amputée des arrêts maladie, et des primes au mérite qui ne tombent plus. Les objectifs inatteignables. Les larmes qui montent aux yeux à tout moment, forçant à tourner la tête pour se cacher, comme un enfant qui aurait honte d’avoir peur. Les larmes qui coulent pendant des heures, une fois seul. Mêlées à une colère froide qui rend insensible à tout le reste. Les injonctions paradoxales, la folie des chiffres, les caméras de surveillance, la double écoute, le flicage, la confiance perdue. La peur et l’absence de mots pour la dire.
Le problème, c’est l’organisation du travail et ses extensions.
Personne ne le sait mieux que moi.
Vincent Fournier, 13 mars 2009, mort par balle après ingestion de sécobarbital, m’a tout raconté.
C’est mon métier, je suis médecin du travail.
Ecouter, ausculter, vacciner, notifier, faire remonter des statistiques anonymes auprès de la direction. Mais aussi : soulager, rassurer.
Et soigner.
Avec le traitement adéquat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.4decouv.com
Fredo
Langue pendue


Nombre de messages : 167
Date d'inscription : 12/03/2010

MessageSujet: Re: Les Visages écrasés de Marin Ledun (Seuil)   Mer 13 Avr 2011 - 18:38

Extrait de Vol de nuit, par Antoine de Saint-Exupéry :

Citation :
Un ingénieur avait dit un jour à Rivière, comme ils se penchaient sur un blessé, auprès d'un pont en construction : "ce pont vaut-il le prix d'un visage écrasé ?" Pas un des paysans, à qui cette route était ouverte, n'eût accepté, pour s'épargner un détour par le pont suivant, de mutiler ce visage effroyable. Et pourtant l'on bâtit des ponts. L'ingénieur avait ajouté : "L'intérêt général est formé des intérêts particuliers : il ne justifie rien de plus". - "et pourtant, lui avait répondu plus tard Rivière, si la vie humaine n'a pas de prix, nous agissons toujours comme si quelque chose dépassait, en valeur, la vie humaine... Mais quoi ?"
Et Rivière, songeant à l'équipage, eut le cœur serré. L'action, même celle de construire un pont, brise des bonheurs; Rivière ne pouvait plus ne pas se demander "au nom de quoi ?"
"Ces hommes, pensait-il, qui vont peut-être disparaître, auraient pu vivre heureux". II voyait des visages penchés dans le sanctuaire d'or des lampes du soir. "Au nom de quoi les en ai-je tirés ?" au nom de quoi les a-t-il arrachés au bonheur individuel ? La première loi n'est-elle pas de protéger ces bonheurs-là ? Mais lui-même les brise. Et pourtant un jour, fatalement, s'évanouissent, comme des mirages, les sanctuaires d'or. La vieillesse et la mort les détruisent, plus impitoyables que lui-même. Il existe peut-être quelque chose d'autre à sauver et de plus durable; peut-être est-ce à sauver cette part-là de l'homme que Rivière travaille ? Sinon l'action ne se justifie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.4decouv.com
Fredo
Langue pendue


Nombre de messages : 167
Date d'inscription : 12/03/2010

MessageSujet: Re: Les Visages écrasés de Marin Ledun (Seuil)   Mer 13 Avr 2011 - 18:38

Les Visages écrasés, c'est l'effroyable destin d'une femme hantée qui va devenir à la fois un ange exterminateur et rédempteur sur ce champs de batailles que devient la souffrance au travail. On pense à "Je vais prendre ta douleur" la chanson de Camille et à John Caffey dans La Ligne verte de Stephen King. Elle va absorber les peines et les maux jusqu'à l'implosion. L'auteur prête des mots de tête à son héroïne effroyablement authentiques, poétiques et souvent tragiques.

Ce que vit l’héroïne de ces Visages écrasés, c'est le destin de la mèche d'un bâton de dynamite qui se consume. Une lente agonie, juste retardée par l’absorption massive de différents médicaments et amphétamines. Son sort est irrémédiable : elle se consume, elle devient poussière au fur et à mesure, elle transporte sa dernière étincelle de vie jusqu'à l'explosion.

Marin Ledun romance un sujet douloureux qu'il avait abordé en 2010 dans son essai Pendant qu'ils comptent les morts (aux éditions Tengo).
Niveau noirceur, le livre est dans le prolongement de Modus Operandi et de la Guerre des Vanités. Une noirceur qui enveloppe héros et lecteurs dans un brouillard de plus en plus dense et qui hante longtemps après avoir tourné la dernière page.

Dans ses précédents livres, Marin Ledun s'est toujours attaché à construire des personnages féminins puissants et aux multiples facettes. Personnages secondaires qui, si on y regarde d'un peu plus près, sont les véritables héroïnes de ses romans. Avec Les Visages écrasés, c'est Carole Matthieu qui les incarne toutes à la fois, comme si elles étaient finalement ses autres incarnations. Voici ce que je disais de Catherine dans Modus Operandi :

Citation :
C’est difficile à dire mais il semble que Marin Ledun arrive avec subtilité à laisser planer un parfum de femme dans cette histoire. Dans la sensibilité, la réflexion, les descriptions, il parvient à maintenir dans les parages de son héros, une sorte d’aura de douceur.

Catherine est à la fois une mère, une collègue, une maitresse, une infirmière qui panse les plaies. Elle écoute, elle réconforte, elle pardonne, elle insiste, elle accepte, elle affronte, elle est vivante. Elle est en quelque sorte l’ange gardien d’Eric. [...] C’est peut être ce qu’incarne la femme dans les romans de Marin Ledun : une conscience rédemptrice ou salvatrice ?

Et toujours cette impression que ce roman est l'histoire que l'auteur a toujours eu en ligne de mire depuis Modus Operandi, Marketing Viral, Le Cinquième clandestin son opus de la série Mona Cabriole, la Guerre des Vanités et Zone Est. Les Visages écrasés renvoi dans la forme aux sensations de lectures que j'avais eu avec Marketing Viral. Voici ce que j'en disais :

Citation :
Mais le reste est raconté de manière tellement fluide, que le style ne semble s’inspirer d’aucun mécanisme littéraire. C’est difficile à décrire comme impression mais dès le début de notre lecture, on oublie presque que c’est de la fiction. Le lecteur prend vite conscience qu’on lui raconte une histoire mais pas de la manière habituelle, tant l’auteur parvient à s’effacer pour juste laisser ses mots et ses personnages opérer leur magie sur nous.

Autre fil rouge qui va relier l'ensemble des romans de l'auteur, c'est l'addiction de ses personnages. Carole tombe sous l'emprise de la consommation de médicaments à hautes doses ce qui n'est pas sans rappeler les dépendances des autres héros de Marin Ledun. Voici ce que j'évoquais au sujet de La Guerre des vanités :

Citation :
Aurions-nous là les débuts d'une série consacrée aux addictions ? Après l'alcool, le tabac, l'auteur confrontera-t-il à son prochain personnage un autre désir compulsif du genre ? L'amour ? On remarquera qu'une nouvelle fois, une femme laisse une empreinte importante dans le roman, tant dans l'histoire que dans la psychologie du personnage principal.


Ici, même sensation. L'auteur va droit au but, trouve le verbe efficace qui va percuter le lecteur de plein fouet. Il est d'ailleurs difficile de considérer les Visages comme un simple roman. C'est un témoignage, un livre de bord, un testament.

Citation :
" Mais tout le monde ment !
— Pas moi, lieutenant Revel. Pas moi."
J'ai envie d'ajouter :
Pas à la mère, à l'amante et au médecin.


Les Visages écrasés, P148.

Carole devient une guerrière, une femme soldat, qui entreprend une quête que plus rien ni personne ne va pouvoir arrêter. Comme un de ces autres avatars dans Zone Est, Sylia :

Citation :
Et puis un autre point commun, qui devient un rendez-vous incontournable dans les livres de Marin Ledun : sa faculté à créer des personnages féminins d'une grande richesse. Comme le héros de ZE, on hésite entre la femme enfant ou soldat, la femme maitresse ou traitresse, etc.

Un roman brûlant et viscéral, qui évoque l'épineux "dossier" de la souffrance au travail, tel un véritable cancer qu'il ne tient qu'à nous d’éradiquer. Une véritable apogée dans la bibliographie de l'auteur, carrément évidente quand on confronte ce livre aux autres, que ce soit dans la forme ou dans le fond.

Je vais conclure en évoquant deux autres supports, indispensables selon moi pour prolonger la réflexion sur cette souffrance qui "nous travaille" et qui fera l'objet d'une autre chronique : L'essai Pendant qu'ils comptent les morts, co-écrit par Marin Ledun et Brigite Font Le Bret, aux éditions La Tengo. Et le dvd J'ai très mal au travail, un documentaire de Jean-Michel Carré, très instructif qui vous permettra d'entendre le psycho-dynamicien du travail Christophe Dejours, sommité en la matière, qui est cité à de nombreuses reprises dans Pendant qu'ils comptent les morts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.4decouv.com
Mag
Langue pendue


Nombre de messages : 160
Age : 44
Localisation : Dans le Sud
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Les Visages écrasés de Marin Ledun (Seuil)   Ven 6 Mai 2011 - 13:25

Un roman d'une grande noirceur, déprimant il faut bien le dire, mais d'une réalité révélatrice. Arrêtons de nous voiler la face, Marin Ledun dévoile ici ce que tout le monde pense tout bas mais n'ose dire tout haut. Il y a de plus en plus de Carole Matthieu dans notre société, comment peut-on accepter de tels mal-être au travail dans notre monde d'aujourd'hui? comment cela est-ce possible? comment y remédier? Il y avait bien longtemps que je n'avais lu un roman de Marin et du retard à rattraper et finalement je m'aperçois que l'auteur a énormément progressé dans la maitrise de son écriture et que c'est bien le roman noir que je lui préfère, il excelle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Visages écrasés de Marin Ledun (Seuil)   Aujourd'hui à 23:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Visages écrasés de Marin Ledun (Seuil)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES VISAGES ECRASES de Marin Ledun
» INTERCEPTION de Marin Ledun
» l'histoire du HMHS Britannic
» La dure vie des marin à bord des vaisseaux de ligne
» Sous marin U-Boot par Flash au 1/400 - heller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion livres :: Livres :: Polars/Thrillers-
Sauter vers: