Passion livres

Pour les amoureux de la lecture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Réminiscence de Gilles Caillot

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Jeu 18 Déc 2008 - 17:04

Coucou,
Je n'ai pas pu en mettre plus car je dépassais la longueur maximale du message mais voici, comme promis, les premières pages de lignes de sang :


Prologue

Lyon, janvier 2007
— Je suis désolée…
— Rien à foutre de tes putains d’excuses ! Tu m’as trahi…
T’es qu’une traînée !!, hurla l’homme, la rage au ventre et la
bave aux lèvres.
— Je t’en prie, ne le prends pas comme ça.
— Ne pas le prendre comme quoi ?! Tu te fous de moi ? Me
faire ça à moi ! Tu pensais quoi ? Que t’allais m’entuber si
facilement ?
— Je t’en conjure, détache-moi…
— La ferme ! C’est la dernière fois que je te le dis !
La femme insista et tenta de l’amadouer. La situation était
totalement aberrante.
— Calme-toi, Poussin… C’était une connerie. Ça ne vaut pas
le coup de te mettre dans cet état.
L’homme, empourpré et haletant d’émotion, fit le tour de la
chambre comme un lion en cage. Il sentait le flux et le reflux
sanguins déferler contre les parois de ses tempes.
Fou de colère, il lança un regard méprisant à la femme étendue
à plat ventre sur le lit, les pieds et les mains solidement
scotchés aux barreaux.
— Je vais te faire passer le goût de la trahison ! Je vais te
punir… Une punition dont tu te souviendras.

Quand il était rentré à l’improviste, il l’avait surprise en pleine
partie de jambes en l’air avec un type. Lui avait déjà payé…
Elle allait bientôt passer à la caisse.
— S’il te plaît, détache-moi !, reprit-elle avec la même énergie.
On va parler tranquillement. Essaye de te calmer, nom de
Dieu !
— Ta gueule ! Je ne veux plus t’entendre. Regarde ce que j’ai
fait à cause de toi, bordel ! On ne peut plus revenir en arrière.
L’amant était, en effet, définitivement immobile. Calé dans la
baignoire comme une poupée de chiffons, il baignait dans son
sang, la gorge déchirée d’un large sourire écarlate.
La femme changea de stratégie. Il avait pété les plombs. Il
allait la massacrer. Toutes les excuses du monde n’y
changeraient rien.
Elle décida de jouer la carte du rentre-dedans afin de
déclencher un électrochoc chez cet homme qu’elle ne
reconnaissait plus.
— Écoute… Ce petit jeu ne me fait pas rire du tout… Si
t’avais été plus présent, peut-être qu’on aurait pu éviter tout
ça…
— Tais-toi !, reprit-il en fermant les yeux d’exaspération.
— Non, je ne vais pas me taire ! Au contraire… Tu veux la
vérité ? Eh bien, tu vas l’avoir !
— Ferme-la !, aboya l’homme, tremblant d’énervement.
Mais elle continua de plus belle…
— Tu sais pourquoi j’ai baisé avec ce mec ? Hein !? Et
pourquoi j’ai baisé avec des dizaines d’autres ?
Eh bien, parce que lui, il assurait au pieu ! Parce que lui, c’était
un vrai mec, pas une lopette comme toi !

L’homme s’arrêta brusquement. Il ne tenait plus. Chaque
phrase assénée par celle qu’il avait tant aimée le cinglait
comme un violent coup de cravache.
Frissonnant et surexcité, il empoigna le couteau américain qui
traînait encore sur la table et fit miroiter la lame tachée de sang
dans la lumière des spots.
— C’est trop tard ! On ne peut plus faire marche arrière…
— Ne fais pas… çaaaaaaaa… !!!
Quand la lame la traversa dans un craquement effroyable, elle
tressaillit sous une violente secousse nerveuse.
Étonnamment, ce ne fut pas tant sa propre douleur qu’elle
ressentit mais plutôt la souffrance de l’homme qui avait
partagé un morceau de sa vie…
Il venait de basculer dans la folie, laissant sa conscience voler
en une myriade d’éclats.


1.
Lyon, juin 2007


L’homme affalé dans le canapé se releva, énervé, et appuya sur
la télécommande.
Le téléviseur s’arrêta instantanément, coupant la chique au
présentateur météo.
Les informations et leurs lots de mauvaises nouvelles étaient
terminés.
— Tu vois, tout ça me met hors de moi ! Ça devient vraiment
n’importe quoi. Et les flics, tu les as vus, avec leurs nouvelles
techniques d’investigation ? On ne parle plus que de ça…
Conneries… Ramassis de frimeurs… Foutaise… !
Il se servit une nouvelle rasade de vodka, terminant la bouteille
par la même occasion.
« Ouais… Tout ça m’énerve profondément ! Quand je pense
à l’autre demeuré… C’est qui, déjà ? Lieutenant Delpierre ?
T’as vu cette arrogance ? Il n’a pourtant pas de quoi se
vanter !!! C’était une enquête facile. Je l’aime vraiment pas,
celui-là. »
Bon…
Il se leva, alla jusqu’au secrétaire en noyer qui trônait en plein
milieu du mur et en extirpa une chemise en papier cartonné.
L’étiquette, à moitié déchirée, laissait entrevoir quelques-uns
des mots qu’il avait apposés voici plusieurs années.

« ueurs
Série »
Tueurs en Série !

Pourquoi était-il fasciné par ces personnages depuis la fin de
son adolescence ? Pourquoi conservait-il toutes ces foutues
coupures de presse ?
Parce qu’il les admirait… ?
Eux et leur toute-puissance… Eux et leur incroyable
détermination…
Ouais… C’est ça !
Il ouvrit les deux rabats en carton puis posa son regard sur les
premières pages, composées d’extraits de quotidiens et de
commentaires manuscrits.
Et un de plus…
Rageur, il griffonna quelques mots d’une main maladroite puis
remisa le tout dans le meuble.
Son petit passe-temps… sa collection…
Il n’avait plus que ça pour s’occuper… car du temps, il en
avait à revendre. Rendu inutile par la main-d'oeuvre chinoise
bon marché, il avait été viré comme un malpropre de son
entreprise. Pourtant, il lui avait sacrifié presque la moitié de sa
vie professionnelle.
Il se retourna et regarda la femme qui était assise à ses côtés
dans une position étonnamment rigide.
C’est vrai qu’elle n’avait plus grand-chose de l’éclat de sa
jeunesse mais lui, il la trouvait toujours aussi belle et désirable.

Tendrement, il fit glisser ses doigts sur la peau blanche,
presque bleutée, qui chatoyait dans la lumière tamisée du salon
et lui prit la main.
Elle était fraîche - froide, même - et les gouttes qui
commençaient à se former aux extrémités des doigts
squelettiques n’auguraient rien de bon.
« Ça n’a pas l’air d’aller, ma chérie. Tu veux te reposer ? Oui…
C’est préférable. Tu vas aller faire un petit somme, ça te fera
du bien… Je vais juste te recoiffer un peu. »
L’homme prit la brosse métallique qu’il avait rangée avec soin
dans une vieille boîte en carton et commença le mouvement
de haut en bas. Il adorait ce moment.
C’était un des rares instants où il avait l’impression de
communier avec elle.
Les dents de métal rentrèrent sans peine dans la peau fragilisée
du cuir chevelu et tracèrent de fins sillons rouges tout en
arrachant les derniers cheveux qui s’accrochaient
désespérément au crâne.
Soudain, il s’interrompit, comme s’il venait d’avoir une
révélation…
« Non ! Ce n’est pas Delpierre ! J’y suis, maintenant : c’est
Jacques Depierre, lieutenant de police à la Criminelle de Lyon.
Eh bien… on va voir s’il est aussi fort que les médias le
prétendent ! »


2.
Sainte-Foy lès Lyon, 2 février 2008


L’homme se faufila entre les ombres naissantes de cette fin
d’après-midi. Sa proie se tenait devant lui, les bras chargés de
sacs, et marchait à grandes enjambées vers son appartement.
Après plusieurs jours de traque, il l’avait enfin trouvée et dans
peu de temps, il allait passer à sa phase préférée : celle du
contact physique…
La petite filature dura une bonne demi-heure avant qu’elle ne
pénètre dans le hall d’entrée de l’immeuble.
C’était bien l’endroit qu’il avait identifié. Les indications du
fichier s’avéraient une fois encore parfaitement exactes.
Il patienta quelques instants, laissant la nuit engloutir les
dernières lueurs du jour, puis se dirigea d’un pas décidé vers la
porte d’entrée, un sac de voyage à la main.
Il n’avait pas de temps à perdre. S’il voulait réaliser tout ce
qu’il avait prévu, il devait même prendre le taureau par les
cornes.
L’appartement de la jeune femme se trouvait au quatrième
étage. Il ignora l’ascenseur, trop risqué à son goût, et emprunta
les escaliers en colimaçon.
Au fil de son ascension, il récapitula le scénario qu’il avait
imaginé. Elle allait le supplier… Il allait adorer… Elle allait
payer… Il se nourrirait de sa souffrance.

Un large sourire aux coins des lèvres, il déboucha sur le palier
rougi par la lumière des veilleuses. La porte de la jeune femme
se dressait devant lui comme un dernier rempart.
Avec calme et minutie, il enfila une paire de gants en latex
puis, telle une bête sauvage, scruta attentivement les alentours
et tendit l’oreille.
Personne…
Le moment idéal pour agir.
Il jaillit de l’ombre en un éclair et se retrouva devant le lourd
battant en bois massif. Il déposa immédiatement un morceau
de chatterton sur le judas et appuya sur la sonnette.
Après un bref instant de silence, des pas résonnèrent derrière
la cloison. Elle venait… Elle venait se jeter tout droit dans la
gueule du loup.
Plus le bruit des talons s’amplifiait, plus il sentait son coeur
s’emballer.
Elle allait ouvrir… Cette petite conne allait ouvrir…
Alors que l’excitation le gagnait et que son entrejambe se
dilatait sous l’effet des flashs qui commençaient à envahir son
cerveau, le verrou se mit en action.
De la souffrance… du sexe… du sang… la mort. Des dizaines
d’images se télescopaient à présent dans son esprit. Elles
étaient presque palpables.
Dans dix secondes, elle serait à lui… Dans dix secondes, il
s’emparerait d’elle pour toujours.
Quand la porte s’entrebâilla, il se rua sur elle.
...


Dernière édition par GillesCAILLOT le Jeu 18 Déc 2008 - 18:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minas Noire
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 2247
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/01/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Jeu 18 Déc 2008 - 17:13

Brr...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://juliettetigre.skyrock.com/
Inka
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 6261
Age : 56
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Jeu 18 Déc 2008 - 17:54

Pfffffffffffffff maintenant il faut attendre !!!!!! on y prend goût !

_________________
Blog Thrillers
Blog Photos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barnaythrillers.blogspot.com/
sylio
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 1968
Age : 53
Localisation : Val d'Oise
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Jeu 18 Déc 2008 - 18:02

C'est sadique de nous faire ça Laughing

L'envie et l'attente ....... grr01 Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sofihm
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 4232
Age : 47
Localisation : lille
Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Jeu 18 Déc 2008 - 19:22

Le désir c'est bien aussi non ?
Mais c'est vrai que ça va être long d'attendre !
Merci du cadeau Gilles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbonheursdesophie.over-blog.fr/
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Ven 19 Déc 2008 - 18:38

Oui, le désir est souvent agréable.
Mais espérons que ce ne sera pas trop long. J'ai hâte de vous livrer cette nouvelle aventure.

Amicalement
Gilles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mikari
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : Haute-marne
Date d'inscription : 31/10/2011

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Lun 27 Fév 2012 - 12:40

Je viens de finir Réminiscence (commencer hier et fini ...hier !) et c'est encore un grande claque !
J'ai été complètement happée dès les premières pages et avant même de m'en rendre compte, le livre était fini Mad
Je le trouve différent mais un peu mieux construit que le premier, et toujours ce souci du détail qui rend le tout saisissant de réalisme !!!!!!

Je n'ai qu'une envie c'est de retrouver ce cher Zanetti....

Je crois avoir compris que Lignes de sang n'a rien à voir avec les deux premiers, donc je vais faire une pause et j'y reviendrai plus tard...

L'avantage d'avoir découvert cet auteur un peu plus tard, c'est qu'il a dejà sorti 5... ou 6 livres je crois ? ...que je vais pouvoir lire à la suite sans avoir à attendre la sortie du prochain !

D'ailleurs quelqu'un peut-il me dire lequel lire après lignes de sang : Bas-fonds ? L'apparence de la chair ? Je crois que Immondanités n'est pas encore sorti ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http:// http://www.ouiky.com/boutiques/964/mikari
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Lun 27 Fév 2012 - 13:12

Bonjour Mikari,
Lignes de sang était indépendant mais finalement il ne l'est pas car immondanités est la suite croisée de Lignes de sang et de Rémiscence.
Bas-fonds est indépendant.
Enfin l'apparence de la chair est un one-shot bcp plus psychologique que les premiers.
Je vous conseille donc, soit de continuer avec lignes de sang, soit attaquer l'apparence de la chair.

Ps : Un dernier ouvrage, les ailes arrachées des anges, jamais sorti, cloture les aventures de Massimo Zanetti... Peut être qu'un jour, il sortira en édition spéciale.
Bien amicalement.
Gilles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mikari
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 103
Age : 43
Localisation : Haute-marne
Date d'inscription : 31/10/2011

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Lun 27 Fév 2012 - 15:27

Merci beaucoup Gilles pour toutes ces explications !

Les ailes arrachées des anges.....j'aime beaucoup ce titre !!!!!! Vivement qu'il sorte......

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http:// http://www.ouiky.com/boutiques/964/mikari
superzoe
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 2923
Age : 50
Localisation : outreau
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Lun 27 Fév 2012 - 18:01

GillesCAILLOT a écrit:
Bonjour Mikari,
Lignes de sang était indépendant mais finalement il ne l'est pas car immondanités est la suite croisée de Lignes de sang et de Rémiscence.
Bas-fonds est indépendant.
Enfin l'apparence de la chair est un one-shot bcp plus psychologique que les premiers.
Je vous conseille donc, soit de continuer avec lignes de sang, soit attaquer l'apparence de la chair.

Ps : Un dernier ouvrage, les ailes arrachées des anges, jamais sorti, cloture les aventures de Massimo Zanetti... Peut être qu'un jour, il sortira en édition spéciale.
Bien amicalement.
Gilles

pourquoi n'est il pas paru ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Lun 27 Fév 2012 - 18:06

Parce que j'attends un éditeur intéressé par le titre Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
superzoe
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 2923
Age : 50
Localisation : outreau
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Lun 27 Fév 2012 - 18:10

GillesCAILLOT a écrit:
Parce que j'attends un éditeur intéressé par le titre



je comprends mieux, je te souhaites que ce volet des aventures de zanetti puisse être publié....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Lun 27 Fév 2012 - 18:53

Merci Superzoé Wink Je l'espère aussi car ce volet est particulièrement stressant et éprouvant pour le lecteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
superzoe
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 2923
Age : 50
Localisation : outreau
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Lun 27 Fév 2012 - 21:47

c'est sûre on est sur notre faim (fin) je sais je
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Mar 28 Fév 2012 - 13:14


Bientot, promis... Je vais m'y employer Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réminiscence de Gilles Caillot
Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» BAS FONDS de Gilles Caillot
» Challenge Policiers/Thrillers 2013
» [Paris, Gilles] Autobiographie d'une courgette
» La Dernière Prophétie de Gilles Chaillet
» Gilles Valdès

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion livres :: Livres :: Polars/Thrillers-
Sauter vers: