Passion livres

Pour les amoureux de la lecture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Réminiscence de Gilles Caillot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Inka
Langue pendue


Nombre de messages : 6261
Age : 55
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: Réminiscence de Gilles Caillot   Mar 6 Mai 2008 - 13:31

Voici les premières lignes de ce roman... Gilles, tu peux poster ici tant que tu veux, pourrais tu mettre aussi le résumé ?

_________________
Blog Thrillers
Blog Photos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barnaythrillers.blogspot.com/
Inka
Langue pendue


Nombre de messages : 6261
Age : 55
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Mar 6 Mai 2008 - 13:31

Voici en tout cas le prologue.

***************************************************
Prologue

Quelque part en France. Été 1978

— J’suis sûr qu’ t’es pas cap d’ faire ça…
— Pourquoi ? Tu m’ prends pour une mauviette !, répondit le garçonnet, agacé du doute de son camarade sur ses capacités.
— T’es sûr ?
— Oui. Certain. Croix d’ bois, croix d’ fer… Si j’ mens, j’ vais en enfer.

Les deux garçonnets se regardèrent quelques instants puis le plus grand d’entre eux ouvrit une petite boîte. Il arborait une chevelure blonde avec une coupe qui s’apparentait à celle de Mireille Matthieu.

— Bon ok. Si t’ es prêt, alors j’ commence les intentions… Tu deviendras, membre du club…
— C’est pas plutôt des incantations ?, fit le petit brun légèrement basané.
— Tais-toi… Je dois me concentrer, reprit le plus grand. Et, d’abord, c’est pas toi le chef… Alors c’ que je dis, c’est la pure vérité, termina-t-il d’un air assuré, plaçant ses bras croisés sur sa poitrine.

Le petit récipient auquel le gamin semblait porter un intérêt des plus importants était maintenant ouvert, dévoilant son intérieur.
Une plume, une dent, un morceau de squelette de bestiole qui avait dû être une souris, un poisson mort à moitié pourri, une petite fiole remplie d’un liquide rougeâtre et un bout de tissu sur lequel, une large tache marron s’étalait sur plus d’un tiers.

Le garçonnet marmonna quelques phrases puisées dans son imaginaire et parfaitement incompréhensibles puis prit le morceau d’étoffe afin de l’appliquer sur les cheveux bruns de son camarade.

— Eh ! Ça pue ton truc.
— Ben oui… C’est normal… C’est d’ la magie. De la magie noire… Pour ça que ça pue… Et puis, j’ t’ai déjà dit de la fermer… Si tu veux qu’ ça marche, il faut que tu t’ taise…
— Bon, bon… Ok. Excuse.

Le bout de toile couvrait désormais une grande partie de la tête du jeune garçon.

— Actarus… Je te fais membre du club… Je vais appliquer maintenant la potion magique sur ton crâne et tu vas devoir manger ça, fit le blond en lui tendant le poisson en pleine décomposition.

Alors que l’autre bambin allait avaler le morceau putréfié qu’il tenait entre ses doigts, un bruit de branche cassée les fit sursauter.

— Eh… Qu’est-ce que vous faites, interrompit une petite voix féminine qui s’approchait.

Oh non pas elle… C’est pas possible… On ne peut jamais rien faire sans l’avoir dans les pattes.

— Rien… On n’ t’a pas sonné…, répondit le plus grand des garçons, constatant que la frêle silhouette de la gamine approchait.
— Vous êtes en train de faire des bêtises, vous… J’ suis sûre ! Si vous ne m’acceptez pas, je vais l’ dire à vos parents.

Grr. Ce qu’elle peut être chiante.

— Bon d’accord…, fit le garçonnet aux cheveux de blé tout en rangeant les ustensiles. Mais tu n’diras rien. Ok ?
— Hum… D’accord…, fit la jeune fille qui avait maintenant rejoint les deux comparses. Elle arborait une longue et magnifique chevelure blonde.

Le petit brun était visiblement très contrarié et il réfléchissait aussi vite qu’il le pouvait. Il fallait qu’il s’en débarrasse à tout prix… Il n’allait pas rater son entrée dans le club à cause de cette petite merdeuse.
Certain du stratagème qu’il venait d’élaborer, il prit la parole.

— Écoute, on va jouer dans les bois si tu veux et c’est moi qui cherche… Je t’donne une minute… Allez, cours !
Prise au jeu, la petite fille décampa sans se faire prier, ses longs cheveux blonds, volants derrière elle…
Très fier de lui, il se retourna et regarda le deuxième garçonnet en souriant…
— Tu vois, c’était pas compliqué… Elles sont trop cons ses filles…
— La grande classe… Je crois qu’on va pouvoir s’ passer d’la magie… Je t’accepte.

Le brun commença à égrainer les secondes à voix haute… Histoire de motiver davantage la gamine à chercher une cachette le plus loin possible de leur position.

— Je te vois…, hurla le blond avant de s’écrouler, mort de rire, sur l’épaule de son camarade.

Cette fois-ci, c’était bon… En la repoussant dans les épaisseurs sombres et angoissantes de la forêt, ils auraient la paix pour un bon moment.

Ils firent semblant de la chercher pendant une poignée de secondes sans entrer dans les épaisseurs encore vertes du bois puis les deux garçons rentrèrent bras dessus, bras dessous en pouffant…
C’était déjà l’heure du goûter.

À vingt heures, l’alerte fut donnée.
La fillette avait disparu.

******************************************************

_________________
Blog Thrillers
Blog Photos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barnaythrillers.blogspot.com/
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Mar 6 Mai 2008 - 13:40

Merci beaucoup INKA.

Le roman devrait sortir en septembre ou octobre d'après mon éditeur.

Voici le pitch :

**************************************************

Un homme enlevé à Paris…
Des corps décapités et démembrés…
Un douloureux souvenir qui remonte à la surface…
Il croyait en avoir fini avec l’horreur… Mais c’était sans compter sur la folie humaine.

Un jeu de piste morbide…

Entre l’Ardèche méridionale à la cité lyonnaise, le capitaine Zanetti, accompagné de Lucie Armand et de Richard Toulalan, va vivre cette enquête comme une véritable course contre la mort.

Une seule idée en tête… Celle de sauver son frère…

****************************************************

D'ailleurs, celui ci n'est certainement pas le final... Si vous avez des idées ou des commentaires... N'hésitez pas.

Merci a tous et toutes.

Bien amicalement

Gilles CAILLOT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
superzoe
Langue pendue


Nombre de messages : 2923
Age : 49
Localisation : outreau
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Mar 6 Mai 2008 - 16:04

je m'avances peut-être mais il semblerait que l'on retourne dans l'enfance d'un des héros de ton roman et que cela s'imbrique dans
le présent.

En tout cas, le début est prometteur.

De plus la disparition d'un enfant est toujours quelque chose de très douloureux qui peut toucher chacun d'entre nous...

Comme quoi,:

Comment un simple jeu innocent peut décider de l'avenir de notre vie..

MErci de ses quelques lignes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Mar 6 Mai 2008 - 16:26

Bien joué superzoé. clin

Allez, je poste encore quelques bribes...
Ca faisait un peu court !!!

Attention !!! Le chapitre 2 dévoile beaucoup de choses sur l'ange du mal... Pour ceux qui ne veulent pas savoir et / ou qui ne l'ont pas encore lu, la lecture est déconseillée...
Ca tuerait le suspence de mon premier roman.

*****************************************************
1.


L’homme en complet gris, chemise blanche descendit de la voiture TGV numéro trois d’un pas léger. Son déplacement, tant redouté, s’était parfaitement déroulé en fin de compte.
Soulagé après cet ultime entretien, il en avait même profité pour aller se détendre quelques heures sur une des plages de la côte varoise avant de rentrer.

Oui… Il était satisfait… Ses réunions auguraient d’une suite très positive. Sa petite stratégie avait finalement bien fonctionné.

Après avoir posé un pied sur le bitume crasseux, il laissa passer les quelques centaines de voyageurs stressés de rater le premier RER puis entama tranquillement la remontée du quai J.

Il sortit une cigarette, l’alluma instinctivement, laissant flotter son regard de part et d’autre de la foule animée, courant devant lui.
Ces mouvements aléatoires étaient à la fois amusants et pathétiques. Tous ces gens s’agitant comme des pantins… Tirant des valises disproportionnées et traçant la route quoi qu’il arrive…

Aujourd’hui, Claudio ne faisait pas partie de cette horde…
Il avait du temps devant lui et le sentiment du devoir accompli, lui avait donné une parfaite quiétude intérieure.
Il inspira une large bouffée du nectar empoisonné puis se mit à penser. De vieux démons venaient le hanter…

Cette vie trépidante avait ses limites… À force de courir les chimères dorées qui se présentaient, il en avait oublié l’essentiel. La famille et l’amour de ses proches…
Il s’était dit, chemin faisant, qu’il devrait impérativement reprendre contact avec son frère… Ça faisait des lustres qu’il y pensait…
Mais il n’avait toujours pas fait le pas.

C’était idiot… Profondément idiot.

Il arriva à proximité des bouches de métro du hall de gare puis continua son chemin pour s’approcher des lumières vives distillées par les enseignes du Train bleu.

T’es taré, mon pauvre Claudio…, pensa-t-il en regardant les inscriptions rouges et bleues du café.

Jamais il n’avait fait ça avant… Pourquoi aujourd’hui ?
Il n’en avait aucune idée.
Peut-être était-il arrivé à un virage de sa vie. Une envie de changer les choses… Provoquer un déclic…
Donner suite au SMS d’un inconnu lui avait paru saugrenu au départ… C’était même du grand n’importe quoi !
Mais bizarrement, il s’était ravisé, et même convaincu que cela pourrait être une situation assez cocasse et il avait imaginé la rencontre.

J’ai des informations qui vous intéresseront... Rdv bar du Train bleu à la descente du train.

Voilà ce que le message révélait… Il l’avait reçu à mi-chemin de son voyage de retour. Au début, il n’y avait pas prêté attention… C’était certainement une erreur… Mais, au fil des kilomètres parcourus, son sentiment avait changé et il était même excité à l’idée d’en savoir davantage.
Cet événement était peut-être un signe du destin, tombant à point nommé dans sa vie aseptisée…
L’idée d’y répondre favorablement lui procurait une certaine jouissance… C’était mystérieux et cela lui plaisait au plus haut point.

Il avait essayé d’en savoir plus, mais le numéro était masqué. C’était peut-être une blague après tout… Une personne du compartiment…C’était tout à fait possible…
Il se rappelait avoir vu dans un journal sur les technologies GSM , un article sur le Proxidating … La rencontre par Bluetooth … La personne qui l’avait contacté avait peut-être utilisé un principe similaire.

Il avait observé attentivement les voyageurs qui l’entouraient, épiant leurs moindres faits et gestes… Attendant qu’un élément ne les trahisse. Mais il n’avait rien pu déceler et avait fini par abandonner l’idée.
S’il voulait satisfaire sa curiosité, il devrait s’y rendre.

Malgré le fait qu’il soit parisien depuis déjà plusieurs années, il n’était encore jamais rentré dans le fameux restaurant situé en plein cœur de la gare de Lyon.

Mais aujourd’hui, il franchit les portes du café, poussé par une curiosité accrue.

L’intérieur, qu’il découvrit, était assez chaleureux.
Dans ses décors raffinés, il ressemblait aux grandes brasseries du cours Diderot.

Il trouva le comptoir rapidement et s’y installa pour patienter. Bizarrement et contre toute attente, il n’y avait personne à proximité. Un comble pour un troquet situé en plein cœur d’une gare !
Pas même son rendez-vous…

Claudio regarda sa montre machinalement. Ça faisait maintenant plus d’un quart d’heure que son train était arrivé et l’absence de son hôte n’était pas de bon augure.

Mais tout compte fait, maintenant qu’il était là… Il prendrait un verre…
C’est au moment où il allait commander que le barman lui tendit le téléphone.

— Quelqu’un souhaite vous parler, monsieur.
— Moi ?
— Oui… La personne au bout du fil vous a décrit parfaitement et comme vous êtes le seul à mon bar… Il n’y a aucun doute possible.

Claudio prit le combiné que le serveur lui tendait. Il était perplexe. Cette histoire était encore plus étrange qu’il ne l’avait pensée.
Il passa quelques secondes à écouter son interlocuteur puis raccrocha sans formuler un mot.
Il s’excusa auprès du barman et se leva.

En empruntant les ascenseurs qui le menaient vers les parkings souterrains, il se dit qu’il était vraiment cinglé de continuer ce petit jeu… Mais d’un autre côté, cela l’amusait terriblement. Il ne s’était pas autant amusé ainsi depuis longtemps.

Ce qu’il se passa ensuite fut beaucoup moins agréable et il regretta amèrement la décision qu’il avait prise.

Les lumières vives… Ceux des phares d’une voiture… Un choc prodigieux… Le béton sombre du troisième niveau… Les pas lents… Terriblement lents… L’ombre virevoltante projetée sur son corps meurtri… L’odeur de pharmacie entêtante… Puis le néant.



2.


Il était exactement sept heures quarante-cinq en cette matinée du trois juillet deux mille sept quand le réveil sonna bruyamment, tirant du sommeil, l’homme aux traits tirés, méconnaissable...

La veille, il avait finalement bouclé cette affaire qui l’avait torturé pendant presque une année. L’ensemble du réseau était enfin démantelé…

Pour Julie Martin, la responsable de l’institut médico-légal de Lyon et pour le commissaire Bartel de la Criminelle, principaux investigateurs de cette sordide intrigue, tout s’était bien déroulé. Mais les mises en examen des amateurs de snuff movies avaient été plus délicates.
Les ramifications étonnamment étendues, embrassant une bonne partie des pays européens alentours et l’organisation presque sans faille, avaient compliqué les choses.

Il tira la couette puis s’assit au bord du lit. La lumière traversant la persienne avec difficulté était peu engageante et il imagina facilement le temps qu’il faisait dehors… Encore une journée de pluie…

Il se leva, enfila un vieux peignoir en coton râpé, puis se dirigea vers la cuisine. Un bon café lui ferait du bien.
En passant devant le grand miroir de la salle à manger, il se dit qu’il devrait penser à se raser… Sa tête d’ours mal léché commençait à lui faire peur, à lui aussi.

Massimo… Il va falloir que tu prennes sur toi pour oublier cette mauvaise expérience. Tu as été abusé… Mais tu dois faire à nouveau confiance aux gens. C’est impératif…

Oui ! Il fallait qu’il travaille dans ce sens. Son isolement devenait problématique. Ses collaborateurs et sa hiérarchie commençaient à perdre patience.

Heureusement, ces derniers temps, il avait pu compter sur Richard, son collègue de la police scientifique et technique d’Ecully et Lucie, la jeune cryptographe, qui l’avaient aidé dans le cadre de l’enquête des têtes sanguinolentes, d’août deux mille six .
Ses deux amis, à force de persévérance, lui avaient redonné peu à peu goût à la vie. Après l’arrestation de Julie, il s’était senti perdu, trahi… Julie…

Le choc avait été brutal et les conclusions de l’histoire l’avaient anéanti. Il ne s’attendait tellement pas à la voir impliquée… Elle, si douce… Si proche… Il avait même pensé que c’était par accident qu’elle lui avait tiré dessus…
Mais non, elle avait délibérément essayé de le supprimer.

Le commandant Ertuise avait vu juste. Les plus hautes fonctions de la criminelle étaient impliquées dans cette horreur. La simulation de son décès, suivie de son faux enterrement avait permis de resserrer rapidement le filet sur les pas des deux cerveaux cachés derrière tout ça.

C’était à Massimo qu’on avait laissé le privilège de procéder à l’interpellation de la quadragénaire et du commissaire Bartel. Il s’en rappelait comme si c’était hier… Quand il lui avait passé les menottes…
Foutu moment…

Bref, tout ceci appartenait désormais au passé. Il allait enfin pouvoir se reposer quelque temps. Les deux semaines de congés, offertes gracieusement par la République, lui permettraient de se ressourcer.

Il avait décidé de partir quelques jours en Ardèche, dans la maison familiale séculaire. C’était un havre de paix même si les lieux étaient envahis par des myriades d’étrangers de tous poils pendant les congés estivaux.
Il y trouverait le bien-être dont il avait besoin.

Aujourd’hui, c’était le grand départ…
Comme l’année dernière lors du mois d’août, la pluie et le froid s’étaient invités dans la partie et il espérait vivement que tout le reste… N’allait pas suivre.

Dring… Dring… Dring…

Massimo grommela… Qui pouvait bien lui téléphoner à cette heure ?

Dring…

Il se saisit enfin du combiné, après avoir longuement hésité à prendre la communication.

— Capitaine Zanetti, entama-t-il froidement.
— Bonjour Massimo… C’est Lucie. Je voulais juste savoir si tout allait bien… et vérifier que tes valises étaient prêtes, fit la jeune cryptographe sur un ton joyeux, contrastant avec le ton pris par son interlocuteur.
— Lucie ! Tu sais quelle heure il est ?
— Oui, il est huit heures passé…
— Non… Pas du tout… Il est à peine huit heures du matin…, rectifia-t-il, jouant sur les mots. Je pouvais être encore au lit…
— Arrête… Tu vas me faire rire ! J’étais sûre que tu étais déjà en train d’avaler ton café… Je commence à bien te connaître…

Elle n’avait pas tort. Après sa douloureuse expérience avec Julie, il s’était fortement rapproché de Lucie et elle lui avait apporté tout son réconfort. Cela faisait maintenant plus de six mois qu’ils étaient proches…
Intimes depuis quelques semaines.

— Lucie, ta sollicitude me fait plaisir, mais bon sang… Laisse-moi respirer un peu… On n’a pas le même âge tous les deux… Je ne suis qu’un vieux croulant fasse à ta jeunesse débordante.
— Ha ! Ha ! Ha !… Je t’adore… T’es vraiment à mourir de rire quand tu veux.
— Bon ok… Soit… Que veux-tu ?, voyant qu’il n’arriverait à rien de cette façon.
— Je me disais… Hum… Je ne sais pas si tu vas bien le prendre…
— Quoi donc ?, interrogea Massimo, sachant pertinemment ce qu’elle voulait.
— Eh ben… Hum… Si tu m’acceptais avec toi pour ce week-end ?
— Oh… Lucie ! C’est de repos dont j’ai besoin… Si tu es là… Ça ne va pas le faire… Je crois que j’ai besoin d’y voir clair… Avec tout ça… Julie… la seule solution reste l’isolement pour réfléchir… un petit moment… J’espère que tu comprends.
— Non !, répondit-elle sèchement.
— Comment ça non ?, reprit le Franco – Italien, surpris par le ton pris par la jeune femme.
— Écoute… Tu fais comme tu veux, mais réfléchis. Si tu veux de moi… Tu n’as qu’à m’appeler.
— Ok… Très bien… Tu sais, j’ai quand même quelques scrupules à ne pas accepter ta proposition… Mais il est préférable que je reste tranquille quelque temps.
— Bon…
— Je t’embrasse cara mia. Prends soin de toi.
La jeune femme fit la moue à l’autre bout de la ligne puis enchaîna, comme si elle lâchait l’affaire.
— Bisous, espèce de bourru. Je t’embrasse fort aussi… Là où tu veux.
— Oh… Alors, j’accepte avec joie !
— Eh attends…
— Quoi ?
— J’ai acheté deux superbes strings pour l’occase. C’est dommage… Tu ne vas pas pouvoir en profiter… Tant pis pour toi…
— Lucie… T’es pas croyable… Bon allez… Il faut vraiment que je te laisse. Je t’embrasse. Je te les arracherai avec les dents à mon retour.
— Alors là, sûrement pas.
— C’est ça … Boude !, répondit-il du tac au tac.
Il marqua un temps d’arrêt puis continua.
« Il faut vraiment que je m’active. Je te rappelle ce soir. »

Il raccrocha le téléphone en souriant. La bonne humeur de Lucie avait un formidable effet curatif sur son état dépressif.

En y pensant sérieusement, sa relation avec elle devenait importante… Très importante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
superzoe
Langue pendue


Nombre de messages : 2923
Age : 49
Localisation : outreau
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Mar 6 Mai 2008 - 16:35

Gilles,

Au travers de ce deuxième volet, tu vas telle une pieuvre répandre peu à peu des indices, des données qui vont nous confirmer ou nous apprendre des choses mais il me semble que cela ouvrira encore d'autres portes vers l'inconnu....


Je ne dirai pas vivement cet hiver car avec le beau soleil un peu partout sur la france, hors de question mais personnellement j'ai hâte de lire ce deuxième volet....

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Jeu 8 Mai 2008 - 15:00

Merci Superzoé...
J'espère que ce deuxième volet te plaira autant que le permier.
Amicalement
Gilles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sofihm
Langue pendue


Nombre de messages : 4232
Age : 46
Localisation : lille
Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Mer 14 Mai 2008 - 14:40

Il va falloir attendre et attendre et encore plus longtemps que pour "l'ange de mal"...

Merci pour le prologue ( sympa le clin d'oeil à Goldorak ...toute ma jeunesse ! Je vais te confier un secret Gilles , j'étais amoureuse d'Actarus emu non, non on ne se moque pas !) et le début fort prometteur de ce 2ème roman. Me voilà rassurée quant à ce cher Massimo...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbonheursdesophie.over-blog.fr/
Deirdre
Langue pendue


Nombre de messages : 1844
Age : 31
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Mer 14 Mai 2008 - 15:16

Ahhhh, je n'avais pas vu ce sujet! J'ai bien fait car je suis tellement friande de spoilers que j'aurai lu ces extraits avant de finir L'ange du mal, ce qui aurait été vraiment dommage vu le final surprenant.
Je comprends mieux ce que tu m'as expliqué Gilles!
J'ai hâte de lire ce deuxième livre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oiseausecret.canalblog.com/
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Mer 14 Mai 2008 - 15:37

Oui cela aurait été dommage de lire ce fil avant d'avoir fini l'AM !!!
J'alimenterai le sujet au fur et à mesure du développement du produit pour vous tenir informé.

Amicalement

Gilles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Jeu 15 Mai 2008 - 20:18

SOFIHM :
C'est un plaisir.
Dès que la couverture sera connu, je la posterai (enfin si c'est possible ????) je ne sais pas comment il faut faire d'ailleurs.
Actarus... Ah oui...
Remarque normal !!!! C'était le super héro qui sauvait la terre... lol

Amicalement
Gilles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Dim 15 Juin 2008 - 11:17

Bonjour a tous et toutes,
Voici en avant première la couverture de Reminiscence...
Je viens juste de la poster sur mon blog pour pouvoir vous l'envoyer...




Les editions du polar m'ont informé que le livre sortirait en septembre !

Bien cordialement

Gilles CAILLOT

Ps : Inka, ca ne marche pas !!!! Peux tu m'aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deirdre
Langue pendue


Nombre de messages : 1844
Age : 31
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Dim 15 Juin 2008 - 11:34

Je suis allée voir la couverture sur ton blog, elle est magnifique! super12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oiseausecret.canalblog.com/
sofihm
Langue pendue


Nombre de messages : 4232
Age : 46
Localisation : lille
Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Dim 15 Juin 2008 - 12:04

En voilà une bonne nouvelle Gilles !

Je suis d'accord avec Deirdre, superbe couverture qui nous laisse présager de belles heures de frisson.
Comment ça se passe c'est toi qui l'a choisie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbonheursdesophie.over-blog.fr/
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Dim 15 Juin 2008 - 12:14

Coucou sofihm et Deirdre,
J'avais donné une idée générale (j'étais parti sur un oeil dans lequel se refletait une maison en flamme).
Mais le graphiste a trancendé le truc... Très fort le Garcon d'ailleurs...
Je la trouve aussi très jolie.

Savez-vous comment il est possible d'afficher je JPEG dans le forum ?

Amicalement
Gilles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
superzoe
Langue pendue


Nombre de messages : 2923
Age : 49
Localisation : outreau
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Dim 15 Juin 2008 - 12:19

rien qu'à la vision de la couverture, cela nous présage de bons et effroyables moments ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sofihm
Langue pendue


Nombre de messages : 4232
Age : 46
Localisation : lille
Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Dim 15 Juin 2008 - 12:56

Non désolée Gilles, je ne peux pas t'aider, je suis une nouille en informatique... pasok
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbonheursdesophie.over-blog.fr/
laura
Langue pendue


Nombre de messages : 8018
Age : 43
Localisation : Région Parisienne YVELINES
Date d'inscription : 16/03/2005

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Dim 15 Juin 2008 - 13:38

GillesCAILLOT a écrit:

Savez-vous comment il est possible d'afficher je JPEG dans le forum ?

Si ta photo est sur le net déjà tu copies l'adresse de la photo et ensuite tu cliques sur l'icone "insérer une image" que tu vois quand tu écris dans un post.

Si ta photo est sur ton pc, tu cliques sur "servimg" en bleu et tu suis les instructions et pour coller la photo de servimg tu reprends les explications du dessus...

je sais pas si je suis super claire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lire-lire-lire.over-blog.com
lilcassie
Langue pendue


Nombre de messages : 1313
Age : 36
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Dim 15 Juin 2008 - 13:43

Ca fonctionne bien avec le lien de la photo comme indiqué par Laura :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdelilcassie.blogspot.com/
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Dim 15 Juin 2008 - 14:04

merci beaucoup Laura et Lilcassie.
Je suis comme Sofihm, une bille avec les forums (excuse-moi de remuer le couteau dans la plaie sophie clin ) !!! Un comble pour un consultant informatique !!!

Amicalement
Gilles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Dim 15 Juin 2008 - 16:06

sofihm a écrit:
Non désolée Gilles, je ne peux pas t'aider, je suis une nouille en informatique... pasok

Hep, je proteste, personne n'a jamais essayé de mettre une nouille devant un ordinateur. Si ça se trouve, elle s'en sortirait très bien.

(bon, d'accord, je m'en vais...)

mdr
Revenir en haut Aller en bas
Minas Noire
Langue pendue


Nombre de messages : 2247
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/01/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Dim 15 Juin 2008 - 16:12

Mais c'est tout à fait possible une nouille devant l'ordinateur !



Ah ? C'est pas ca ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://juliettetigre.skyrock.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Dim 15 Juin 2008 - 16:26

Minas Noire a écrit:
Mais c'est tout à fait possible une nouille devant l'ordinateur !


Ah ? C'est pas ca ?

rire1
Revenir en haut Aller en bas
superzoe
Langue pendue


Nombre de messages : 2923
Age : 49
Localisation : outreau
Date d'inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Mer 9 Juil 2008 - 15:27

ton livre sortira en livre broché ou directement en livre de poche???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GillesCAILLOT
Langue pendue


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Mer 9 Juil 2008 - 16:32

Bonjour Superzoé.
Le livre sortira dans le même format que la version de l'ange du mal que tu as eu entre les mains. A savoir, broché et assez grand format.
Je ne sais pas encore quel sera le nombre de pages parce le BAT n'est pas encore prêt, vu que nous sommes encore en phase de correction.
D'ailleurs, pour info, la nouvelle version de l'ange du mal est toujours broché et possède les mêmes dimensions que l'ancienne version. Seul, le nombre de pages a diminué du fait de la concentration de la police de caractères et le rétrecissement des marges.

Amicalement
Gilles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réminiscence de Gilles Caillot   Aujourd'hui à 5:24

Revenir en haut Aller en bas
 
Réminiscence de Gilles Caillot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» BAS FONDS de Gilles Caillot
» L'ANGE DU MAL de Gilles Caillot
» Challenge Policiers/Thrillers 2013
» [Paris, Gilles] Autobiographie d'une courgette
» La Dernière Prophétie de Gilles Chaillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion livres :: Livres :: Polars/Thrillers-
Sauter vers: