Passion livres

Pour les amoureux de la lecture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La vie à en mourir - Lettres de fusillés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yoyo
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 1091
Localisation : haute saône
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: La vie à en mourir - Lettres de fusillés   Sam 27 Mai 2006 - 11:54

"Vive la vie" "Adieu la mort m'appelle". Ils sont des milliers de résistants,célèbres ou anonymes, fusillés ou guillotinés sous l'Occupation victimes des Allemands et de Vichy. Dans l'attente de la mort ils adressent à leur famille, à l'être aimé, à un ami, leur dernière lettre. Ils parlent pour tous ceux -massacrés, déportés, victimes d'exécution sommaires- qui sont morts sans laisser de témoignage.
A la dernière heure ils disent leur amour, affirment leur foi, proclament leur idéaux. Leur mot sont l'ultime acte de résistance d'hommes restés debout face à leur destin.
Avant propos de Jean Jacques Goldman;
C'est un livre tout en émotion et en histoire qui vous "remuera" au plus profond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inka
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 6261
Age : 55
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: Re: La vie à en mourir - Lettres de fusillés   Sam 27 Mai 2006 - 13:21



Voici le résumé...

Avec mes camarades nous avons été jugé ce matin à Fresnes, et comme je m’y attendais, nous avons tous les vingt-cinq été condamnés à mort. » « Adieu la mort m’appelle. Je ne veux ni bandeau, ni être attaché. Je vous embrasse tous, c’est dur quand même de mourir…» Pour le reste, tu as vécu ma vie. Elle fut tragique et j'étais marqué par le destin, mais nous nous sommes bien aimés, n'est-ce pas, ma grande chérie ?...» Léon Jost, Gabriel Péri, Henri Bajtsztock, Guy Môquet, René Bompain, Louis Honoré d’Estienne d’Orves, Tony Bloncour, ils sont des milliers de résistants, célèbres ou anonymes, fusillés pendant l’Occupation, victimes des Allemands et de Vichy. La veille de leur exécution, ou à quelques heures de mourir, ils adressent à leur famille, à l’être aimé, à un(e) ami(e) leur dernière lettre. Ils parlent pour les milliers d’autres - les massacrés, les déportés, les victimes d’exécutions sommaires - qui sont morts sans laisser la trace d’une dernière parole. Leurs lettres ont été parfois retenues par la censure, parfois transmises aux destinataires par la voie officielle, souvent aussi passées par des aumôniers, français et allemands, par des gardiens de prison, par des avocats qui agissaient au péril de leur vie. Ces 130 lettres de résistants fusillés proviennent des collections du Musée de la Résistance nationale (à travers les versements de l’Association des familles de fusillés et des Amicales des anciens prisonniers des centrales françaises), des Archives nationales, des musées et bibliothèques de région parisienne et de province, enfin de familles. Elles sont inédites aux deux tiers (celles déjà publiées avaient, en outre, fait l’objet de coupes et d’une réécriture).

On y lira un portrait de la Résistance. Des hommes - les femmes ont très rarement été fusillées en France - de tous âges (seize à soixante ans) ; de tous milieux, même s’ils sont généralement issus des classes populaires ou des professions libérales ; de toutes origines, Français, Italiens, Espagnols, Arméniens, Polonais... Tous ne sont pas, contrairement à la terminologie nazie et vichyste, des « partisans », des « francs-tireurs » : ils sont, le plus souvent, envoyés à la mort comme otages, pour distribution de tracts ou actes de solidarité. Ils appartiennent à tous les partis, si tant est que la notion d’idéologie ait un sens dans l’action résistante. Car comment qualifier un curé de campagne, des plus traditionnels, engagé dans les FTP communistes ?

Ces lettres de la dernière heure constituent un acte de résistance. Elles sont destinées à être lues, répétées, au sein de la famille, et dans un cercle plus large. Ces hommes se tiennent debout, sans regrets, face à la mort. Ils redisent inlassablement leur amour à ceux qui resteront. Ceux-là, surtout, les préoccupent : de quoi vivra leur femme, leurs enfants feront-ils de bonnes études, trouveront-ils un bon métier ? Ils parlent philosophie, foi, sacrifice, ils apprivoisent la mort. Souvent, ils nous étonnent. Fertet, un gamin fusillé à Besançon, répartit bouquins et soldats de plomb. Beck, un communiste polonais, s’étend sur l’ordonnancement posthume de son jardin. À quelques heures du trépas, ces combattants de la liberté livrent une inoubliable leçon de ténacité, de courage, de dignité.

_________________
Blog Thrillers
Blog Photos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://barnaythrillers.blogspot.com/
 
La vie à en mourir - Lettres de fusillés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LETTRES DE SANG 3] THÈME CENTRAL - MEDUSA, UN MONDE VA MOURIR
» découpe de contour de lettres
» Mémoires de nos pères / Lettres d'Iwo Jima
» George Sand et Musset (film, romans, théâtre et lettres)
» decoupe grandes lettres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion livres :: Livres :: Vécu/Témoignages/Biographies-
Sauter vers: